Les informations concernant la nouvelle console de Nintendo ne manquent pas depuis l'ouverture de l'E3, salon attendu chaque année par les joueurs, bien qu'il soit réservé aux professionnels. Le but n'est donc pas ici de reprendre dans le détail ce qui se dit de cette console, mais plutôt remarquer qu'elle renforce un débat de plus en plus présent entre les joueurs.

L'aveu de Nintendo de s'adresser à tout le monde aux joueurs comme aux non joueurs (mais si les non joueurs jouent.. ceux sont des joueurs ???), avec sa console et son game pad WiiU. Rendre accessible le jeu vidéo a fait entrer un nouveau public dans les mondes virtuels, gameplay assoupli, difficulté amoindrie, manette intuitive, etc. De là apparait la question, voir la suspicion, sur ces nouveaux joueurs : Mais sont-ils de vrais joueurs ?

L'entrée de ces nouveaux joueurs est intéressante car elle semble agir comme un facteur déséquilibrant de l'univers vidéo ludique. D'une part, la prise en considération de ce public engage une modification de l'industrie du jeu vidéo et, en bout de course, une modification du marketing et du commerce.

L'industrie ne se contente pas d'explorer de nouveaux styles de jeux, sa conception du jeu a évoluée ou du moins s'est divisée en plusieurs acceptions. Bien que le fun soit de mise, c'est la condition d'accès au fun qui semble avoir changée. Rappelons-nous ce slogan : Sega c'est plus fort que toi! Le fun oui mais pas sans challenge, voilà semble-t-il quelle conception du jeu vidéo a persistée pendant longtemps. L'âge de la confrontation et du scoring serait-il passé?

Nintendo relance donc la question, tout en avouant ne plus se situer dans la course pour pousser les performances technologiques mais dans l'innovation et l'élargissement du marché. C'est par l'ouverture de la conception du jeu vidéo que naissent de nouvelles catégories de joueurs et le problème de l'identité et de la différence. En effet, quelque soit sa catégorie un joueur est désigné comme tel mais, pourtant, il n'a pas nécessairement eu accès à cette désignation de la même façon que d'autres. Le fun ne s'atteint pas de la même façon entre un joueur qui a relevé des challenges et un joueur à qui l'on a mis le fun à portée de main. Celui qui n'a pas connu la rigidité, les bugs en tout genre, les manettes qui vous détruisent les mains (les angles de la manette Nes aïeaïeaïe!) est-il digne de porter le titre de joueur? (Sur ce point je vous renvoie vers les nombreux retrotests du joueur du grenier). Voilà surement ce qui peut susciter le débat Harcore Vs Casual et qui témoigne de deux choses.

Les joueurs ancienne génération semblent faire état d’une vision du jeu vidéo se rapprochant d'une conception philosophique de l'affirmation presque Nietzschéenne. D'autre part, ceux-ci témoignent d'un lien presque émotionnel au jeu vidéo en étant si attachés à leurs efforts et réussites mais surtout, il semble que ce soit la difficulté et la game d'émotions qu'elle suscite (peur, colère, stress, surprise, joie, etc.) qui constitue l'accession au titre de joueur. Le jeu vidéo est envisagé, d'une certaine façon, comme quelque chose qui se vit et pas seulement comme quelque chose qui nous donne du fun. Le jeu vidéo est quelque chose dans lequel le joueur se donne avant de prendre.   

Concernant le commerce, là aussi le changement opère. Pour ceux qui ont connu le jeu vidéo après la crise de 1984, on pouvait remarquer que les rayons des grandes surfaces étaient relativement pauvres en produits vidéo ludiques. Il fallait, à l'époque, aller dans un magasin spécialisé qui devenait un antre, presque un lieu de culte où tout le monde parlait le même langage. Avec l'ouverture au grand public, les supermarchés ont renoué avec le jeu vidéo en proposant des rayons conséquents. Cependant, le cadre presque castique du joueur d'avant s'en trouve bouleversé car qui n'a pas été décontenancé de se retrouver face à des rayonnages immenses et de voir partout des Sim's... Ce n'est qu'un exemple, mais cela engage un changement radical ne serait-ce que dans le regard porté sur autrui. Quand le joueur ancienne génération regarde un acheteur nouvelle génération saisir un jeu qui lui semble mauvais la question peut se poser : Je devrais lui dire que ce jeu est mauvais mais est-ce qu'il me comprendra ?   

Le débat ne semble donc pas encore enterré. Bon jeu en toute philosophie

 

Voici quelques précisions sur la WiiU:

http://www.gameone.net/videos/le-jt-de-l-e3-2012-n-4-789177/